"Tu es cela". Sinthome, poème et identité

"Tu es cela". Sinthome, poème et identité

  • €25,00
Taxes incluses.


Michel Bousseyroux

"Tu es cela". Sinthome, poème et identité

 

 

Quid de l’identité au bout d’une psychanalyse ? Que répond l’analyse ? « Tu es cela. » Réponse que Lacan cueille dans la Chandogya Upanishad pour en faire la limite extatique jusqu’où la psychanalyse accompagne le patient. Un symptôme, un poème, le psychanalyste est cela au bout de staferla. La thèse se formule : savoir y faire avec son symptôme, s’y reconnaître, s’y identifier, c’est là la fin de l’analyse. Thèse que l’auteur homologue au poème né que Lacan se dit être et qu’il signe, actant par là même sa marque de n’essence.

Tu es cela, cette résonance du corps qui te fait poème. Te l’apprennent Paul Celan, Ghérasim Luca, vers la poétologie desquels tu gagneras à te tourner, tant leur poésie est expérience des trébuchements de la langue, de sa glissade dans la bévue. Te l’apprend la psychanalyse vraie (à distinguer de la fausse) qui se fonde dans le rapport de l’homme à la parole, qui ne prend fin qu’à ce qu’il accède à son noyau de réel, à son fond d’impoésie, d’où il arrive que poème tu sortes. On aurait donc bien raison de mettre la psychanalyse au chef de la poétique.

De ce noyau est fait le sinthome, façon ancienne d’écrire ce qui a été ultérieurement écrit symptôme. Lacan la choisit pour spécifier la fonction borroméenne de nouage du réel, du symbolique et de l’imaginaire par le plus singulier de chacun. Piste borroméenne que suit pas à pas l’auteur, non sans passer par le nœud de Lacan et la surface de Boy.